Colloque libre

Le 16 octobre 2013 au Cégep de Lévis-Lauzon se déroulera le Colloque libre portant sur l’informatique libre en enseignement supérieur. Le colloque est organise par l’Association pour le développement technologique en éducation. « L’Adte est une association à but non lucratif qui se consacre au développement de l’utilisation pédagogique des logiciels libres dans l’enseignement supérieur. »

On y parlera notemment de Sage, le logiciel de calcul symbolique que j’utilise.

Thème général du Colloque libre

Après la Loi, article 7, alinéa 8, et la déclaration du ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor sur les logiciels libres, le Colloque libre, organisé par l’Adte, vise à faire le point sur l’utilisation des logiciels libres dans l’enseignement supérieur : projets-pilotes, difficultés rencontrées, résistances, échecs, succès, leçons apprises, perspectives.
Il réunit des acteurs de tous les horizons : professeurs, professionnels, techniciens, cadres, du public et du privé, tant des collèges que des universités ; entreprises du libre et responsables de programmes gouvernementaux.

Bertrand Russell et désobéisance civile

"This idea of weapons of mass extermination is utterly horrible and is something which no one with one spark of humanity can tolerate. I will not pretend to obey a government which is organising a mass massacre of mankind." Bertrand Russell dans un discours à Birmingham, qui encourage à la désobéisance civile pour soutenir le désarmement nucléaire, le 15 avril 1961.
« This idea of weapons of mass extermination is utterly horrible and is something which no one with one spark of humanity can tolerate. I will not pretend to obey a government which is organising a mass massacre of mankind. »
— Bertrand Russell dans un discours à Birmingham, qui encourage à la désobéisance civile pour soutenir le désarmement nucléaire, le 15 avril 1961.

Science for the people

Science for the people cover

In the 15th century Leonardo da Vinci refused to publish plans for a submarine, because he anticipated that it would be used as a weapon. In the 17th century, for similar reasons, Boyle kept secret a poison he had developed. In 1946 Leo Szilard, who had been one of the key developers of the atomic bomb, quit physics in disillusionment over the ways in which the government had used his work. By and large this kind of resistance on the part of scientists to the misuse of their research has been very sporadic, from isolated individuals, and generally in opposition only to particular, unusually repugnant projects. As such it has been ineffective. If scientists want to help prevent socially destructive applications of science, they must forego acting in an ad hoc or purely moralistic fashion and begin to respond collectively from the vantage point of a political and economic analysis of their work. This analysis must be firmly anchored in an understanding of the American corporate state.

We will argue below that science is inevitably political, and in the context of contemporary American corporate capitalism, that it contributes greatly to the exploitation and oppression of most of the people both in this country and abroad. We will call for a re-orientation of scientific work and will suggest ways in which scientific workers can re-direct their research to further meaningful social change.

Extrait de Toward A Science for the People, Bill Zimmerman, Len Radinsky, Mel Rothenberg and Bart Meyers, 1972.

Beneath the white coat: the radical science movement, Alice Bell, Political Science blog, hosted by the Guardian, 2013-07-18.

A Partial Archive of Science for the People (Anciens numéros, manifestes, etc).

Réseau libre

2013-09-21-131127_615x556_scrot« Réseau Libre est un regroupement informel de bénévoles qui vise à créer un réseau sans fil communautaire et de voisinage, indépendant et décentralisé.

Le réseau se construit de façon organique et évolutive à mesure que de nouveaux membres s’y joignent. Chaque personne participant au réseau installe une antenne sur son toit, ou dans sa fenêtre (un noeud) et choisit les services qu’il désire partager avec la communauté, connexion internet ou non. »

Visiter le site du projet Réseau libre

Journée internationale du logiciel libre à Montréal

logo_Facil-160px-blanc« Depuis 2004, les libertés accordées par le logiciel libre sont célébrées internationalement à chaque année le troisième samedi de septembre et le Québec ne fait pas exception. » FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre, organise pour l’occasion un événement au Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), le samedi 21 septembre 2013. Voir le site officiel pour plus de détails.

Voyageur 1 dans le plasma interstellaire

« Launched over 35 years ago, Voyagers 1 and 2 are on an epic journey outward from the Sun to reach the boundary between the solar plasma and the much cooler interstellar medium. The boundary, called the heliopause, is expected to be marked by a large increase in plasma density, from about 0.002 cm−3 in the outer heliosphere, to about 0.1 cm−3 in the interstellar medium. On 9 April 2013, the Voyager 1 plasma wave instrument began detecting locally generated electron plasma oscillations at a frequency of about 2.6 kHz. This oscillation frequency corresponds to an electron density of about 0.08 cm−3, very close to the value expected in the interstellar medium. These and other observations provide strong evidence that Voyager 1 has crossed the heliopause into the nearby interstellar plasma. »

En d’autres termes, Voyageur 1 est officiellement le premier objet que nous avons fabriqué à avoir quitter le système solaire.

Je dois dire qu’avec le recul que ce genre de nouvelles me donne, il y a beaucoup d’autre choses fabriqués par l’humanité que j’aimerais voir suivre le même chemin, non pour des motifs scientifiques, mais pour des raisons politiques.

Gurnett, Kurth, Burlaga and Ness, In Situ Observations of Interstellar Plasma With Voyager 1, Science, 2013. < http://www.sciencemag.org/content/early/2013/09/11/science.1241681.abstract >

Pour s’approcher de cens égalité fondamentale, il faut d’abord lutter contre une attitude permanente de nos sociétés : soumettre leurs choix à des critères économiques. Chaque objet, chaque service est affecté d’une valeur ; l’objectif est de réaliser les plus grands profits, d’obtenir la meilleure rentabilité. En fait, les apports de vie collective les plus décisifs pour chacun ne peuvent entrer dans cens logique : la santé n’est pas un « bien » économique, l’éducation non plus. Justifier la dépense consentie pour guérir un malade ou pour éduquer un jeune au nom d’une quelconque rentabilité est indigne d’une société soucieuse d’humanisme, Ce sont des secteurs entiers de l’activité qui doivent ainsi être gérée, sans référence à des raisonnements d’économistes ; quel autre critère choisir alors que celui de l’égalité d’accès ?

Il ne s’agit pas de fabriquer des hommes tous conformes à un modèle, ayant tous appris les mêmes réponses, mais des personnes capables de formuler de nouvelles questions. Pour lutter contre ceux qui formulent l’exigence d’égalité, il est courant de les ridiculiser en les traitant d’ »égalitaristes », incapables d’affronter les différences. Tout au contraire, l’égalité dans l’accès à l’éducation, loin d’aboutir à un nivellement, provoque un foisonnement d’attitudes nouvelles ; c’est, en fait, la richesse potentielle de tous les hommes qui est enfin révélée.

Méfions-nous des slogans trop faciles, associer égalité et égalitarisme est aussi mensonger qu’associer liberté et libéralisme.

Albert Jacquard, L’égalité comme source de richesse, Le Monde diplomatique, mai 1988, < http://www.monde-diplomatique.fr:8080/1988/05/JACQUARD/40794 >

Mathématiques en liberté

Mathématiques en libertéMathématiques en liberté, La ville brûle, Montreuil, 2012.

Deux mathématiciens, Pierre Cartier qui fut l’un des piliers du fameux groupe Bourbaki et Cédric Villani, un des représentants les plus brillants de sa génération, le mathématicien et historien des sciences Jean Dhombres, et le philosophe des sciences Gerhard Heinzmann nous invitent à débattre avec eux de l’activité mathématique et de ses conséquences sociales, tant dans l’histoire de l’humanité que dans le monde contemporain.
Trois grandes directions ont été explorées par les auteurs dans leur dialogue :

  • la relation, très complexe et objet de discussions et points de vue opposés, entre les mathématiques et la réalité ;
  • la liberté que la construction des mathématiques a donné aux hommes en leur permettant de développer les sciences de la nature, mais aussi celle dont les mathématiciens ont besoin pour développer leurs recherches ;
  • la responsabilité avec laquelle la communauté scientifique et les gouvernements doivent traiter la question de la place des mathématiques dans la politique de recherche et l’enseignement.

Pour une anthropologie anarchiste

anthropologieanarchisme

Graeber, David, Pour une anthropologie anarchiste, Traduction de Karine Peschard, Lux éditeur, 2006, ISBN : 978-2-89596-037-9.

« L’anarchisme, en tant que philosophie politique, est en plein essor. De fondement de l’organisation dans le mouvement altermondialiste qu’ils étaient, les principes anarchistes traditionnels — autonomie, association volontaire, autogestion, entraide, démocratie directe — en sont venus à jouer ce rôle dans des mouvements radicaux de toutes sortes dans le monde entier.

Et pourtant, cela n’a eu presque aucun écho dans le milieu universitaire. Les anarchistes interrogent souvent les anthropologues sur leurs idées quant aux diverses façons d’organiser la société sur des bases plus égalitaires, moins aliénantes. Les anthropologues, terrifiés à l’idée de se voir accusés de romantisme, n’ont pour seule réponse que leur silence. Et s’il en était autrement ? »

http://www.luxediteur.com/pouruneanthropologieanarchisme