Culture hacker, hacks et création, création politique et politique de la culture

Ceci est une version en ligne d’un texte qui a été publié dans le no 15 des Nouveaux cahiers du socialisme.

La numérisation graduelle de l’information de toute nature, la globalisation des canaux d’échanges d’information numérique et l’accès grandissant aux outils informatiques pour traiter et produire cette information ont eu un impact indéniable sur l’ensemble des activités humaines. Les processus et les échanges créatifs ont aussi été influencés par ces changements technologiques.

L’accès aux premiers ordinateurs a donné naissance à une culture dite « hacker », centrée sur l’exploration créative de leurs possibilités. Cette culture est celle des hackers et des autres bidouilleurs informatiques de tout acabit. La curiosité et l’inventivité des hackers ont contribué de manière importante au développement de l’informatique et d’Internet. Tout en valorisant l’accomplissement de créatives prouesses techniques (« hacks »), les hackers sont mus par la croyance que l’accès général aux ordinateurs, à un réseau global et à de nouveaux modes d’interaction humain-machine peut transformer radicalement toutes les sphères de l’activité humaine. Cet optimisme se butant à des limites juridiques faisant obstacle aux développements des possibilités positives de l’informatisation, les hackers ont, au fil des années, articulé différentes conceptions des conditions politiques permettant de perpétuer sans entraves l’exercice de la curiosité et de la créativité au cœur de leur culture et de promouvoir ce qu’ils conçoivent comme les possibles impacts sociaux positifs de l’informatisation. Cela s’est cristallisé dans une défense farouche du libre partage de l’information et d’une certaine forme d’anti-autoritarisme exprimée à travers la coopération volontaire et l’adoption de modes alternatifs d’organisation du travail.

En adoptant les nouveaux outils informatiques, plusieurs artistes ont été influencés par cette culture et l’ont intégrée de différentes manières dans leurs œuvres ou directement dans leur processus créatif, allant de la simple illustration de cette fascination pour l’informatique à une participation active au monde hacker par l’exploration créative des nouvelles possibilités techniques et le partage de leurs inventions. Cette adhésion a permis de donner une dimension politique à l’art numérique.

Continuer la lecture de Culture hacker, hacks et création, création politique et politique de la culture

Syndicalisme et informatique libre — Une rencontre possible ?

Syndicalisme et informatique libre — Une rencontre possible? , publié dans le numéro 63 de la revue À bâbord! et repris sur le site de Ricochet. Extrait:

On le sait, le syndicalisme vise à défendre les intérêts des travailleurs et des travailleuses et à transformer la société par l’action collective de ceux-ci et celles-ci. Les luttes syndicales ont mené à plusieurs progrès sociaux majeurs comme la fin du travail des enfants, la diminution des heures de travail et l’instauration d’un salaire minimum.

Moins connu, le mouvement pour l’informatique libre vise quant à lui à établir une culture de l’appropriation collective des nouvelles possibilités créées par l’informatique par le partage de l’information technique et par la lutte contre toutes les formes de limitations légales à ce partage. Pour promouvoir cette culture, les « libristes » défendent aussi la liberté d’expression sur Internet, combattent les brevets logiciels, militent pour le libre accès aux publications scientifiques et prennent maintes autres positions connexes.

Lors de la dernière Semaine québécoise de l’informatique libre (du 19 au 27 septembre 2015), l’organisme FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre, a tenu une rencontre sur le thème très rarement abordé « Syndicalisme et informatique libre » afin de faire le portrait des liens entre ces deux univers. Ce texte se veut un bilan de cet événement.

On doit malheureusement faire le constat que ces deux mouvements n’ont trouvé pratiquement aucun point de rencontre, même s’ils pourraient être nombreux. Cette situation est déplorable, le mouvement écologiste a pourtant réussi à gagner un certain niveau d’appui syndical. Rien de tel pour l’informatique libre : au Québec, les rares mentions des logiciels libres dans le discours officiel des organisations syndicales portent presque exclusivement sur la question de l’octroi des contrats informatiques gouvernementaux qui, tel que reconnu par la Cour supérieure, exclut sans motif valable les logiciels libres pour favoriser les grands monopoles informatiques.

On doit aussi faire un constat similaire pour les associations faisant la promotion de l’informatique libre : elles n’ont généralement aucune position au sujet de l’informatique au travail ou du syndicalisme chez les programmeurs et programmeuses.

Lire la suite sur le site de Ricochet

Entretien avec Jérémie Zimmermann – Plaidoyer pour un Internet libre, ouvert et décentralisé

Issu de la culture hacker, Jérémie Zimmermann est cofondateur et ancien porte-parole de l’association française La Quadrature du Net, un groupe de défense des droits et libertés des citoyen·ne·s sur Internet. Cette organisation « promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d’Internet, notamment la libre circulation de la connaissance ». Elle fait des interventions dans les débats remettant en cause la liberté d’expression, le droit d’auteur, la régulation du secteur des télécommunications ou encore le respect de la vie privée. Zimmerman est aussi coauteur, avec Julian Assange notamment, de Menace sur nos libertés : Comment Internet nous espionne. Comment résister paru chez Robert Laffont en 2012.
Lire le reste de l’article sur le site d’À Bàbord !

par Isabelle Bouchard et Yannick Delbecque

Syndicalisme et informatique libre

Je co-organise pour FACIL, pour l’appropriation collective de l’informatique libre une discussion ouverte à tous sur le thème « Syndicalisme et informatique libre ». Cette activité aura lieu dans le cadre de l’édition 2015 de la semaine québécoise de l’informatique libre. La discussion portera autant sur la non-adoption des logiciels libres par les institutions publiques que sur le lien entre l’informatique libre et l’autonomie professionnelle, en passant par les conditions de travail en informatique et l’exploration des liens entre les positions des organisations syndicales et celles des organisations militantes du libre. Il ne s’agit donc pas d’un exposé sur les positions syndicales au sujet de l’informatique libre — car il n’y en a pas vraiment ! — mais d’une discussion pour faire le portrait des liens possibles et pour proposer des idées d’actions. Les organisateurs rêvent que cela mène à une position qui pourrait être reprise par des organisations syndicales ou à une recherche conjointe par ces organisation et FACIL.

La rencontre aura lieu au Cégep du Vieux-Montréal, local 4.01, mercredi le 23 septembre à 18h30.

Mise à jour février 2016: mon article Syndicalisme et informatique libre — Une rencontre possible? inspiré des discussions ayant eu lieu lors de cette rencontre vient d’être publié dans le numéro 63 de la revue À bâbord! et repris sur le site de Ricochet.

Paper Go Boards

Paper Go Boards title page

Ces fichiers PDF — un 11×14 et deux 8.5×11 — contiennent une variété de plateaux de jeu de go imprimables de différentes dimension. Il y a des plateaux classiques, comme les 9×9 et 13×13 et 19×19, un 5×5 qui est utile pour des parties rapides de Go de capture, et plusieurs autres dimensions allant de 2×2 au géant 25×25 !

These PDF files — one 11×14 and two 8.5×11 — contains a variety of printable Go boards of different dimentions. There are classical boards, like 9×9, 13×13 and 19×19, one 5×5 which is usefull for fast capture go games, and many other dimentions from 2×2 au géant 25×25 !

paper_go_boards

La guerre qu’on nous fait

Chers amis, chères amies, connu-e-s ou inconnu-e-s,

Notre texte ne récolte pas de signatures dont le nombre et la notoriété relative de certain-e-s auraient pour fonction de donner de l’importance à cette parole collective. En ces temps où le tout-sécuritaire marginalise toute contestation, nous faisons le pari de l’anonymat comme force capable d’impacts éventuels. Votre implication reste toutefois essentielle pour la diffusion du texte et de ses idées. Donnez-lui de la visibilité et cette visibilité sera un nouveau travail collectif qui montrera que, derrière ce texte, nous sommes nombreux et nombreuses. Si l’analyse que vous y trouverez vous semble juste, si vous êtes capables de passer par-dessus quelques maladresses, métaphores ou changements de registre que vous auriez évités, alors devenez un des relais dont a besoin, pas seulement ce petit texte, mais toute la force contre-hégémonique qu’il nous faut construire, pas à pas, contre la machine qui nous fait la guerre. Et n’attendons plus qu’on nous organise : faisons-le nous-mêmes là où nous le pouvons avec les moyens qui sont les nôtres, à saisir ou à inventer ! Ce manifeste est une contribution en ce sens.

Contact: manifestedeprofs@riseup.net

[Yannick Delbecque: je repartage ce manifeste que j’appuie
Différentes versions sont disponibles sur archive.org.]


La guerre qu’on nous fait

Manifeste de profs contre tout ce qui vient avec l’austérité 

Nous refusons l’appauvrissement humain, social, politique et intellectuel que l’offensive antisociale appelée austérité fait subir au monde, lui donnant ce visage patibulaire, cynique, servile, tout juste navré, médiocre, un brin sadique.

Cette offensive menée pour satisfaire les intérêts des élites économiques vise à soumettre, secteur par secteur, les personnes et les choses au règne contraignant de la marchandisation et du profit tout-puissant.

Depuis longtemps mise en œuvre, cette révolution conservatrice est avant tout une guerre menée contre les mécanismes collectifs de redistribution des richesses, de mise en commun des ressources pour faire face aux aléas de la vie. Même imparfaits, même incomplets, les services publics sont les arrangements minimaux de solidarité qui témoignent d’un souci collectif pour une vie juste. Et pour défendre cela nous sommes prêts à nous battre.

Dans notre domaine, celui de l’éducation, une telle révolution procède par l’instrumentalisation des savoirs, de l’enseignement et de la recherche, arrimés de plus en plus entièrement aux seules exigences toxiques, mortifères, de l’accumulation et de l’optimisation. L’introduction, en force et partout, de techniques et mesures managériales, adossées au grand calcul néolibéral, ratatine l’éducation comme système et comme geste. Loin de cet appauvrissement, l’éducation que nous défendons consiste à soutenir l’aventure des esprits en train d’apprendre et d’interroger les réalités, et à assumer avec eux toute l’intensité affective et intellectuelle qu’elle engage.

Cette offensive généralisée s’attaque aux ressources et aux pouvoirs qui constituent nos milieux. Comme acteurs et actrices du monde de l’éducation (et nos camarades de la santé et des services sociaux en savent aussi quelque chose), nous ne cessons de constater les multiples atteintes aux temps et espaces où s’exercent notre autonomie professionnelle et notre collégialité. L’exercice de notre responsabilité se rétrécit à mesure que croît une bureaucratie managériale et ses instances de contrôle infantilisantes sous couvert de reddition de comptes débiles.

Dans la société tout entière, c’est l’ensemble des formes de l’action collective que l’austérité prend pour cible. L’action syndicale, autonome ou directe, la grève, les pratiques politiques contre-hégémoniques, hors de la scène parlementaire, sont de plus en plus marginalisées, criminalisées, suspectées (de radicalité notamment), méprisées, réprimées au nom de la protection d’un ordre des choses naturalisé, scellé, poli et policier, placé hors d’atteinte derrière des vitrines qu’on ne pourrait que lécher.

Cette neutralisation de notre capacité d’action participe d’un dispositif de dépolitisation qui tente de nous faire prendre pour des nécessités des décisions politiques. Cette affaire-là n’est pas banale. Elle fait violence, symboliquement et effectivement, aux conditions mêmes du commun et de toute communauté : la politique, et son cœur, la conflictualité. La révolution dont l’austérité est le visage confine la politique à un terrain neutralisé, procéduralisé. Reste la forme aseptisée et infiniment appauvrie d’un système incarné par ses politiques professionnel-le-s.

Cette violence a ceci d’insidieux qu’elle impose les termes mêmes du débat par lequel nous essayons de la déplier pour nous en défendre. Elle soumet le sens des mots à sa seule autorité et nous tire par la langue sur son terrain marketing où seule prévaut la relation de l’approvisionnement commercial. Même quand on prétend le protéger, le citoyen n’est qu’un « client ». S’efface dès lors la portée politique de ses exigences. Si le mot chien n’a jamais mordu personne, la langue du pouvoir, au contraire, performe directement une guerre contre cette autre richesse mise à mal : les idées et les langages servant à dire la complexité du monde.

L’austérité est donc un appauvrissement intérieur, où dominent la crainte des sanctions et la faim des récompenses, le stress et l’insécurité sociale, la peur de l’avenir et la peur de l’autre, peur bleue – peur rouge – peur blanche. État d’esprit assiégé, redoutable producteur d’impuissance et de docilité. Les êtres par lui créés seront faits sur mesure pour un système libéral-paternaliste. Un système où les formes mêmes de notre présence au monde sont captives, où l’audace, la création et l’invention voient détournées leurs forces éruptives au profit de la rengaine plate de l’innovation.

Ne reste alors qu’à devenir un bon entrepreneur de soi, à mesurer la valeur de sa vie à l’aune de ses biens, de ses placements et de ses investissements, à voir en l’autre au mieux un partenaire, au pire un compétiteur dans l’infernale roue de fortune néolibérale.

Également compromise avec la violence faite aux territoires et à leurs composantes naturelles, l’austérité est la face coupante d’un abandon de la richesse commune de notre géographie à des projets de transport et d’extraction (de pétrole notamment) écocidaires, autant de désastres toujours déjà là et que rien ne pourra réparer. Pour le néolibéral austère comme pour l’homme blanc dont parlait le chef Seattle il y a plus d’un siècle et demi, la terre est un ennemi à piller ; lorsqu’il l’a conquise et exploitée, il va plus loin ; il l’enlève à ses enfants et cela ne le tracasse pas ; son appétit la dévore et ne laisse derrière lui qu’un désert.

En fait, c’est l’ensemble du territoire humain et social, et tout ce qui fait la valeur de la vie, sa véritable richesse, c’est tout cela qui est ainsi traité comme un corps malade à assainir, un budget à compresser. Et puis des ruines, d’où l’on tire les diamants noirs des millionnaires s’adonnant à l’évasion et l’évitement fiscaux.

La charge dont austérité est le nom euphémisé, c’est la capture de nos existences par le travail, toujours plus de travail, qui consume le cœur de nos vies et le temps de nos meilleures années. Elle vole les jours que nous ne passerons pas à vivre, à bien vivre ensemble, à prendre soin les uns des autres, à aimer, à discuter, à mettre bout à bout nos solitudes, à inventer des manières nouvelles de faire, de dire, de fabriquer, de penser.

La guerre qu’on nous fait se réfracte dans tous les espaces de nos vies. Elle plie nos rythmes et notre quotidien, ses gestes et ses heures, à ses obligations. Elle nous frappe toutes et tous, nous sépare des territoires communs que nous essayons d’habiter pour les ouvrir aux dispositifs de l’extraction pour le profit privatisé.

Nous refusons les névroses du tout-marchandise et son angoisse sociale.

Nous refusons le peu où on nous réduit.

Nous refusons notre réification triple de contribuable-consommateur-majorité silencieuse.

Nous refusons la grande honte de vouloir la vie bonne pour toutes et tous.

Nous nous organisons.

C’est ici que croît la rose, c’est ici que nous dansons !

Comme si nous étions déjà libres

Couverture comme si nous étions déjà libres

David Graeber, Comme si nous étions déjà libres, Lux éditeur, 2014.

Recention que j’ai écrite pour la revue À Babord.

Le titre de cette traduction française de l’ouvrage The Democracy Project  : A History, a Crisis, a Movement n’indique pas aussi bien que le titre original les différents angles que l’auteur – l’anthropologue activiste David Graeber – prend pour critiquer et analyser la notion de démocratie, son histoire de même que la place et la forme qu’elle a prise dans le mouvement des indigné·e·s et d’Occupy Wall Street. Cependant, le titre choisi en français exprime beaucoup plus clairement l’optimisme général se dégageant des notes et analyses présentées dans cet ouvrage, ainsi que sa conclusion centrale.

Graeber souscrit à la thèse de l’historien Immanuel Wallerstein selon laquelle le succès des mouvements révolutionnaires ne se trouve plus dans la prise de contrôle des gouvernements, mais dans leur effet à long terme sur la société. On retrouve dans son analyse, sous de multiples formes, cette idée qu’il est encore possible de provoquer des révolutions qui réussissent à transformer les idées dominantes. L’action directe est le mode d’action central étudié dans cet ouvrage ; l’auteur la définit de la manière suivante : « s’obstiner à agir comme si l’on était déjà libre. »

Graeber commence par nous livrer sa version des événements qui sont à la base du mouvement Occupy Wall Street. Étant lui-même un des protagonistes principaux ayant initié ce mouvement, ce récit montre dans le détail comment un mouvement d’une telle ampleur a pu débuter. L’auteur propose une analyse des résultats de la mobilisation et des causes de sa réussite. Le succès du mouvement se constate aisément dans la faveur générale qu’il suscite : campements dans plusieurs centaines d’autres villes d’Amérique du Nord et à travers le monde, couverture médiatique étendue et rare pour un mouvement de contestation. L’auteur identifie certains éléments ayant favorisé le succès du mouvement, notamment le niveau d’endettement record et l’usage de la démocratie directe. Un des succès les plus importants du mouvement Occupy est d’avoir montré qu’il est possible de s’organiser par la base selon un mode participatif, tout en rappelant que des alternatives au néolibéralisme sont possibles.

Dans le chapitre « La foule commence à raisonner », Graeber se consacre ensuite à l’histoire du concept de démocratie. La lecture qu’il en fait est similaire à celle de Francis Dupuis-Déri dans Démocratie : histoire politique d’un mot : la « démocratie » n’a pas toujours été une idée désirable et maintes dispositions ont été mises en place pour limiter les possibilités de participation directe aux décisions.

Enfin, la dernière partie du livre se veut une forme de guide pratique pour l’action et la démocratie directes basé sur l’expérience de l’auteur et sur sa connaissance des différents mouvements de résistance. Une section intéressante est consacrée à la prise de décisions par consensus et donne un certain nombre de principes de fonctionnement visant à éviter les possibles dérives tout en s’assurant que tous et toutes puissent prendre part aux discussions.

Les dérives de la mission de l’éducation

J’ai assisté à ces deux présentations sur les dérives de la mission de l’éducation en enseignement supérieur. Cette conférence publique était organisée par la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec. Voici le résumé de conférence et les vidéos des présentations:
la présentation de Nico Hirtt et la présentation de Yves Gingras.

Les dérives de la mission de l’éducation

Dans les suites du printemps érable et de la tenue du Sommet de l’enseignement supérieur, la FNEEQ-CSN désire poursuivre et approfondir les réflexions au sujet de l’enseignement supérieur. Politiques éducatives actuelles liées à l’évolution du contexte économique et du marché du travail, palmarès, concepts de qualité et de mission fondamentale de l’université, voilà quelques éléments dont nous discuterons avec nos conférenciers.

Nico Hirtt est un essayiste, chercheur marxiste et professeur de physique en Belgique. Il est membre fondateur de l’Appel pour une école démocratique (APED), dont il dirige le service d’étude. Il est l’auteur de divers ouvrages sur l’évolution récente des politiques éducatives et sur les inégalités sociales à l’école.

Yves Gingras est un historien et sociologue des sciences. Il est professeur d’histoire et de sociologie à l’Université du Québec à Montréal, où il a contribué à la fondation de l’Observatoire des sciences et des technologies. Plusieurs prix ont souligné l’excellence de son travail. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment le tout récent Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, chez Raison d’agir.

Présentation sur l’Assurance qualité

Diapo titre Diaporama d’une présentation que j’ai donné lors d’une activité syndicale en janvier dernier: Assurance qualité vs collégialité. Une chronologie. Une partie du matériel est basé sur une étude des anciennes conventions collectives rendues disponibles par la FNEEQ et sur des documents divers que l’on peut consulter dans ma bibliographie en ligne. Commentaires bienvenus.

Mise à jour: voici une version très abrégée de cette présentation, adaptée pour l’assemblée générale du 2 avril 2014 du syndicat des professeurs du cégep de St-Laurent :
Assurance qualité vs collégialité ? (Assemblé générale SPCSL, 2 avril 2014) .

J’ai aussi donnée une autre version de cette présentation à l’assemblée générale du Syndicat du personnel enseignant du cégep de Sherbrooke: Assurance qualité vs collégialité ? (Syndicat du personnel enseignant du cégep de Sherbrooke, 15 mars 2014). Cette version contient une liste de références en annexe.

The real privacy problem

Morozov, The real privacy problem, MIT technology review, octobre 2013.

He also recognized that privacy is not an end in itself. It’s a means of achieving a certain ideal of democratic politics, where citizens are trusted to be more than just self-contented suppliers of information to all-seeing and all-optimizing technocrats. “Where privacy is dismantled,” warned Simitis, “both the chance for personal assessment of the political … process and the opportunity to develop and maintain a particular style of life fade.”

La formule Rand

par Yannick Delbecque



Article qui relate l’origine de la formule Rand, la formule de prélèvement par l’employeur des cotisation syndicale, le mécanisme usuel en amérique du nord. Cet article a été initialement publié dans L’Enseigne, le journal de mon syndicat, le Syndicat des professeurs du cégep de Saint-Laurent.

Reconnaissance du droit d’association syndicale

C’est au 19e siècle que les premières organisations syndicales apparaissent au Québec et au Canada. Ces premiers syndicats sont des associations ouvrières de travailleurs spécialisés. Elles servent souvent à établir un rapport de force pour obtenir de meilleurs conditions de travail, mais elles jouent aussi le rôle de sociétés de secours mutuel, qui servent par exemple à aider les travailleurs malades ou à soutenir la famille d’un travailleur décédé au travail1. Ces organisations ont nécessairement besoin d’argent pour fonctionner. On demande donc aux membres de verser une cotisation pour financer leurs activités. Cette cotisation est le plus souvent versée en main propre à un représentant de l’organisation. L’absence de cadre léglislatif concernant la gestion de cet argent cause des problèmes divers. Les sommes à gérer par les sociétés de secours mutuels sont parfois importantes et peu de travailleurs ont l’expérience nécessaire pour les administrer. De plus, ces sociétés n’arrivent pas toujours à faire respecter leurs propres règles par leurs membres car les tribunaux de l’époque n’étaient pas bien préparés pour se prononcer sur les litiges internes de ces organisations. Continuer la lecture de La formule Rand

Take back the streets – Repression and criminalization of protest around the world

Take back the streets cover
Document produit par un groupe de 10 organisations dédiées à la défence des droits fondamentaux, connu sous le nom de International Network of Civil Liberties Organizations.

Le document : Take back the streets Repression and criminalization of protest around the world, International Network of Civil Liberties Organizations, Octobre 2013.

Un reportage : Report Finds Police Worldwide Criminalize Dissent, Assert New Powers in Crackdown on Protests, Democracy Now, 13 octobre 2013.

Extrait de l’introduction :
In June 2010, hundreds of thousands of Canadians took to the streets of Toronto to peacefully protest the G20 Summit, which was taking place behind a fortified fence that walled off much of the city’s downtown core. On the Saturday evening during the Summit weekend, a senior Toronto Police Commander sent out an order – “take back the streets.” Within a span of 36 hours, over 1000 people – peaceful protesters, journalists, human rights monitors and downtown residents – were arrested and placed in detention.

The title of this publication is taken from that initial police order. It is emblematic of a very concerning pattern of government conduct: the tendency to transform individuals exercising a fundamental democratic right – the right to protest – into a perceived threat that requires a forceful government response. The case studies detailed in this report, each written by a different domestic civil liberties and human rights organization, provide contemporary examples of different governments’ reactions to peaceful protests. They document instances of unnecessary legal restrictions, discriminatory responses, criminalization of leaders, and unjustifiable – at times deadly – force.

The nine organizations that have contributed to this publication work to defend basic democratic rights and freedoms in nine countries spread over four continents. Across the regions where our organizations operate, States are engaged in concerted efforts to roll back advances in the protection and promotion of human rights – and often, regressive measures impacting the right to protest follows in lockstep. And across the globe, social movements are pushing for change and resisting the advancement of authoritarian policies; dozens, hundreds, thousands or hundreds of thousands of individuals are marching in the roads and occupying the public space. In rural areas across the global south, there are a variety of demands, calling for access to land or resisting the exploitation of natural resources that threaten indigenous peoples’ or peasants’ territories. In urban settings, housing shortages or lack of basic services spark social protests and upheavals. Even in developed economies, there are disturbing tensions provoked by the contraction of the economy, globalization policies and the social and political exclusion of migrants. Students’ movements all over the globe are demanding the right to education.

History tells us that many of the fundamental rights we enjoy today were obtained after generations before us engaged in sustained protests in the streets: the prohibition against child labor, steps toward racial equality, women’s suffrage – to name just a few – were each accomplished with the help of public expression of these demands. If freedom of expression is the grievance system of democracies, the right to protest and peaceful assembly is democracy’s megaphone. It is the tool of the poor and the marginalized – those who do not have ready access to the levers of power and influence, those who need to take to the streets to make their voices heard.

Unfortunately, these are also rights that are frequently violated. Our organizations have witnessed numerous instances of direct state repression during protests: mass arrests, unlawful detentions, illegal use of force and the deployment of toxic chemicals against protesters and bystanders alike. At other times the state action is less visible: the increased criminalization of protest movements, the denial of march permits, imposition of administrative hurdles and the persecution and prosecution of social leaders and protesters.

Mépriser le savoir par mesure d’économie

Lettre que j’ai co-signée avec trois collègues du Cégep de Saint-Laurent et qui a été envoyée au Ministre avec des centaines de signatures récoltées en quelques jours.

Voir la liste complètes des signatures — ou ajouter la vôtre !

Monsieur Duchesne,
Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie,

Quand votre collègue Stéphane Bédard, président du Conseil du trésor, envisage de réévaluer à la baisse la tâche des professeurs de cégep, et ce, en deçà de celle des professeurs du primaire et du secondaire, qu’il projette également de nous refuser la reconnaissance de la maîtrise et du doctorat, dénotant ainsi une méconnaissance étonnante, et inquiétante, de l’enseignement supérieur, nous nous attendons à ce que vous montiez au créneau pour défendre cet enseignement dont vous avez la responsabilité.

Certes, nous n’avons pas charge d’âmes de mineurs (encore que… les étudiants de première session ont souvent 17 ans), mais nous avons l’immense responsabilité de préparer de jeunes hommes et femmes aux études universitaires et, dans le cas des programmes techniques, à l’entrée dans la vie professionnelle, mais également à la vie citoyenne. Notre travail consiste à transmettre un héritage culturel, scientifique, intellectuel, critique et technique dont le niveau et la complexité supposent l’appropriation, de notre part, d’un bagage disciplinaire solide sur lequel s’arriment nos compétences pédagogiques. Par conséquent, la préparation de cours du niveau collégial se distingue assez fondamentalement de celle des cours du primaire ou du secondaire, fortement balisés par des devis et des manuels. Nous bâtissons nos cours au fil des ans; chacun d’eux est fondé sur des heures, des semaines, des mois et des années de recherche, ce à quoi nous servent directement nos habiletés de chercheurs développées au cours de nos études de deuxième et troisième cycles ou par un long travail d’approfondissement et d’adaptation des connaissances disciplinaires spécialisées déjà exigées pour l’entrée dans notre profession. Ce n’est pas pour rien que 40 % des professeurs de cégep sont munis d’un diplôme de maîtrise ou de doctorat. Or, si l’on en croit les intentions de votre collègue du Conseil du Trésor, non seulement nous mériterions une baisse de salaire, mais nous ne serions plus à même de faire reconnaître ces diplômes.

Par ailleurs, la collégialité au cœur du fonctionnement en départements, un principe fondamental de l’éducation supérieure que semble méconnaître le Conseil du trésor, nous pousse tous à participer à un processus de réflexion autour de nos connaissances disciplinaires. Nous participons à de multiples comités, élaborons des plans-cadres à partir des devis de votre ministère (pensez donc au travail de réflexion que va représenter la refonte des cours dans le cadre du nouveau programme Arts, lettres et communication…), consacrons de nombreuses heures hors des cours à rencontrer nos étudiants, mettons sur pied des Centres d’aide pour les élèves en déficit de connaissances en français, en philosophie, en mathématiques, etc. Et nous trouvons encore le moyen de participer activement à la recherche et à la diffusion du savoir dans nos domaines respectifs, en rédigeant des articles, en participant à des colloques, à des groupes de recherche et à des projets créatifs et techniques, en collaboration avec nos collègues universitaires, qui reconnaissent, eux, nos compétences de chercheurs. Cette activité qui nous stimule enrichit nos cours. Les premiers bénéficiaires en sont nos étudiants.

Vous pourriez signaler à votre collègue qu’on ne parviendra jamais à convaincre les étudiants de persévérer dans leurs études si le savoir, au Québec, appauvrit. On ne cesse de nous marteler que les étudiants devraient payer leurs études universitaires parce que, plus tard, ils en tireront un meilleur salaire. Or, non seulement ce raisonnement est-il fallacieux, mais ce réajustement à la baisse de l’échelle salariale des professeurs de cégep et le retrait de la possibilité de faire valoir nos diplômes prouvent exactement le contraire. Non seulement nous ne devrions pas voir notre tâche réévaluée à la baisse, mais nous devrions la voir mieux évaluée qu’elle ne l’est aujourd’hui.

D’une main, on nous prêche « l’économie du savoir » et de l’autre, on méprise ce savoir par mesure d’économie. Faudrait savoir…

Nous avons la conviction que ces enjeux, qui concernent directement votre mandat et l’avenir de l’éducation au Québec, ne peuvent vous laisser indifférent et nous nous attendons à vous entendre.

Brigitte Faivre-Duboz, professeure de littérature, cégep de Saint-Laurent

Co-signataires
Frédérique Bernier, professeure de littérature, cégep de Saint-Laurent
Yannick Delbecque, professeur de mathématiques, cégep de Saint-Laurent
Anne-Marie Voisard, professeure de psychologie, cégep de Saint-Laurent

Colloque libre

Le 16 octobre 2013 au Cégep de Lévis-Lauzon se déroulera le Colloque libre portant sur l’informatique libre en enseignement supérieur. Le colloque est organise par l’Association pour le développement technologique en éducation. « L’Adte est une association à but non lucratif qui se consacre au développement de l’utilisation pédagogique des logiciels libres dans l’enseignement supérieur. »

On y parlera notemment de Sage, le logiciel de calcul symbolique que j’utilise.

Thème général du Colloque libre

Après la Loi, article 7, alinéa 8, et la déclaration du ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor sur les logiciels libres, le Colloque libre, organisé par l’Adte, vise à faire le point sur l’utilisation des logiciels libres dans l’enseignement supérieur : projets-pilotes, difficultés rencontrées, résistances, échecs, succès, leçons apprises, perspectives.
Il réunit des acteurs de tous les horizons : professeurs, professionnels, techniciens, cadres, du public et du privé, tant des collèges que des universités ; entreprises du libre et responsables de programmes gouvernementaux.